La différence entre YouTube et la télévision

You may also like...

9 Responses

  1. L3 G33K says:

    Y’a plus qu’à y ajouter la possibilité d’accéder au contenu quand on veut et autant de fois que l’on veut plutôt qu’à heure fixe, unique et prédéfinie.

    Ainsi que la possibilité d’interagir avec l’émission autrement que par des SMS surtaxés pour tirages au sort sur fond de questions débiles.
    Par exemple, réitérer un test de chauffage d’eau au micro-ondes afin de comparer les résultats du vidéaste avec son propre équipement – exemple totalement choisi au hasard ^^ – est nettement plus amusant que de répondre 1 ou 2 par SMS au jeu TV “Lequel de ces animaux peut voler? 1: l’aigle, 2: l’âne”.

    • vivianelalande says:

      Ahaha ! Tu as tout à fait raison 😉

      J’avais pensé à lister la possibilité d’accéder au contenu anytime, mais la TV développe de plus en plus les replay et les fournisseurs internet permettent l’enregistrement vraiment aisé des émissions. Mais il n’en reste pas moins qu’il faut une action et que ça se périme dans le temps. Donc oui c’est différent à ce niveau là.

  2. David says:

    Peut etre que la demarche, le travail, se ressemblent beaucoup sur yt et tele et finiront par converger mais:

    Pour moi il y a une grosse difference, c’est la vue a la demande. Au moment où la vidéo est dispo, je suis oqp, je mets la vidéo dans ma liste de voir plus tard et zou, je ne perds pas de contenu

    Et puis, quand je regarde mes chaines souscrites… Sur la TV, la divulgation, dépenser, dirtybiology, scishow, scishowspace, vsauce, veritasium, thephysicsgirl… Sur TV il n’ y a pas (moi en Espagne, et sur le PAF non plus)
    La divulgation historique
    Ou encore, les chaînes spécialisée jeux vidéo, en anglais l’intéressante gametheorists qui parfois touche à la science, en espagnol meristation pour avoir toutes les infos sur mon hobby préféré

    En bref, des contenus différents sont présents, et même des contenus un peu plus de “niche” peuvent avoir leur place.

    • vivianelalande says:

      Là tu as entièrement raison, je n’y avais pas pensé. La disponibilité d’accès aux vidéos sans frontières.
      Pour les marchés de niche, c’est vrai qu’ils peuvent exister alors que la TV ne peut pas se permettre de réserver un créneau horaire juste pour une petite audience.

      Hum… ça fait réfléchir

  3. claudex says:

    >On retombe dans la même problématique de perte de liberté dès que le succès est présent.

    Ce n’est pas spécifique à la vidéo mais répandu avec n’importe quelle création. À partir du moment où on diffuse un contenu (image, texte, vidéo, musique…), c’est pour que les gens puissent l’apprécier, on aura donc tendance à suivre l’avis des gens pour que les autres contenus soient aussi apprécié.

    >Sur YouTube, le seul boss de la ligne éditoriale est celui qui a décidé d’ouvrir sa chaîne.

    À condition de ne pas vouloir trop d’argent, les publicitaires n’ont pas forcément envie que leurs pubs soient n’importe où.

    • vivianelalande says:

      Je suis d’accord avec toi pour le premier point.
      Pour le second, je suis moins d’accord (même si c’est un sujet d’actualité sur youtube). Disons que les publicitaires vont peut être se focaliser sur un type de contenu plutôt qu’un autre pour certains vidéastes.

  4. Il y a des différences légères sur la création, mais la monétisation reste la même. Et c’est là le problème. On peut dire ce qu’on veut, mais Youtube est déjà de la télévision. Certes, tout le monde peut créer, mais tout le monde ne sera jamais visible. Comme dans tous les secteurs, Youtube tombe dans le piège pyramidal. Les créateurs qui ont déjà une grosse communauté ne peuvent que grandir tandis que les autres, ils ramassent les miettes avec une fourchette édentée. Tipee ou Patreon sont des propositions alternatives, mais elles sont largement bancales. Les commissions sont élevés et il y a une tendance à considérer le créateur comme un objet qu’on achèterait en petits morceaux dans les contre-parties.

    La télévision a échoué, car elle propose uniquement du contenu formaté, mais Youtube le fait aussi. On peut arguer de la liberté de choix, mais c’est une chimère. Cette liberté de choix est obligé de tenir compte de la cadence qui est amorcée par la tendance principale. Des contenus de merde, de quelques minutes dont la majorité se contente d’inciter leur communautés à promouvoir leur contenu. Il suffit de voir les changements d’algorithme qui incite les créateurs à changer immédiatement de format. Youtube est juste une télévision 2.0.

  5. David says:

    Ça y est!!!!
    YouTube=télé 2.0 est en bonne voie, en France tout du moins

    https://www.youtube.com/shared?ci=CAgqpRKOt9g

Leave a Reply