Varices : c’est la faute de Napoléon !

En 1812, Napoléon est au sommet de son empire. Il a conquis presque toute l’Europe. Avide de toujours plus de pouvoir, il se lance alors dans la conquête de la Russie. C’est loin. La marche des soldats sera longue. L’empereur commande alors à ses recruteurs de ne choisir que des bons marcheurs. Mais à cette époque là, il n’existe pas de méthodes fiables pour distinguer un bon marcheur d’un mauvais.

Le critère de sélection choisi sera les varices  ! Les hommes aux belles jambes dépourvues de varices iront en Russie, les autres resteront en France. La conquête de la Russie sera un échec. Environ 350 000 hommes ne reviendront pas. Les hommes variqueux restés en France feront des enfants et donneront à leur progéniture une prédisposition génétique aux varices.

Bien évidemment, la présence de varices n’avait aucun rapport avec le fait d’être bon marcheur ; mais la conséquence de cette sélection Napoléonienne est qu’aujourd’hui la prévalence des varices chez les hommes français plus élevée que dans le reste du monde.

Puisque la marche n’est pas déterminante dans le fait d’avoir des varices ou non, voici les facteurs qui le sont.

2011_05_01_varice

Source : vulgaris medical

Les origines

Les varices sont une dilatation locale de la veine que l’on peut parfois voir sous la surface de la peau. Lorsque nous sommes debout, le sang situé dans les pieds doit pouvoir remonter jusqu’au coeur, des mécanismes se mettent alors en place pour assurer ce retour veineux :

1- Les valvules des veines

2- Les parois des veines

3- Les muscles squelettiques

C’est lorsqu’un de ces 3 acteurs ne joue pas correctement son rôle que l’on peut voir appaître des varices.

(D’ailleurs, une autre conséquence d’un retour veineux imparfait est la sensation des jambes lourdes : le sang s’accumule dans les jambes, car les mécanismes de pompage ne sont pas assez efficaces…)

Rentrons dans le détail :

1- Les valvules des veines :

A chaque battement cardiaque, le cœur se contracte et se relâche. Au moment de la contraction, le cœur propulse le sang dans le corps, et la partie qui est contenue dans les jambes est propulsée vers le haut du corps sous la pression imposée par le cœur. Mais lorsque le cœur cesse de se contracter et se relâche, le sang aurait tendance à retomber et donc à créer un reflux et à s’accumuler.

Pour empêcher cela, des nombreuses valves à sens unique sont situées sur les parois des veines. Elles permettent de segmenter la « colonne » de sang et empêchent le reflux du sang. C’est donc grâce au partitionnement du sang en plusieurs morceaux que le sang ne « tombe » pas dans les jambes et peut “monter” vers le cœur par à-coups.

2011_05_01_Varices_valve

Si les deux parties des valves ne se touchent pas/plus, le sang s’accumule à cet endroit obligeant le vaisseau à se dilater pour pouvoir contenir le surplus de sang : ce sont des varices.

2- Les parois des veines :

Les veines ont une certaine élasticité qui leur permet de s’adapter aux variations de volume du sang. Avec l’âge, la fibrine contenue dans la paroi des vaisseaux sanguins qui leur confère leur élasticité se dégrade. Ainsi, les vaisseaux sanguins dont le diamètre s’adapte en fonction de la quantité de sang qui passe, perd sa capacité à s’adapter. Le sang s’accumule à ces endroits et crée des varices.

3- Les muscles squelettiques :

Pour aider le sang à remonter des pieds jusqu’au cœur, les vaisseaux sanguins sont comprimés entre les muscles de notre corps. Ces derniers se contractent pour comprimer les vaisseaux sanguins et faire remonter le sang. Quand l’exercice physique se fait trop rare, les muscles ne peuvent plus fournir ce travail et les varices apparaissent.

2011_05_01_varice_muscle-sur-veine

Les prédispositions et les facteurs de risque

Les prédispositions

  • Le sexe : les changements hormonaux des femmes dus à la grossesse, la menstruation et la ménopause affaiblissent les parois des vaisseaux sanguins. On évalue la prévalence des varices de 17 à 20 % chez les femmes et de 8 à 11% chez les hommes pour les personnes de 15 à 65 ans.
  • La grossesse : au delà des facteurs hormonaux, le ventre qui s’étire et la présence du bébé comprime les veines de cette région ce qui empêche le retour veineux.
  • L’hérédité (comme dans le cas de nos hommes français partis en Russie)
  • L’âge : comme on en parlait plus haut, les parois des vaisseaux sanguins se dégradent avec le temps

Les facteurs de risque

  • Être debout : les personnes qui travaillent debout toute la journée utilisent les 3 mécanismes de retour veineux . La dégradation est alors plus rapide.
  • L’obésité : comme dans le cas des femmes enceintes, le poids qui est ajouté par rapport au poids ‘idéal’ comprime les veines

Sources :

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *